Khauran

« En premier lieu, Khauran est un royaume de petite taille, une des nombreuses principautés qui jadis formait l’est de l’empire de Koth et qui a plus tard gagné l’indépendance qui était la sienne plus tôt dans l’Histoire. Cette partie du monde est faite de ces petits royaumes, petits en comparaison aux plus grands royaumes de l’Ouest ou aux immenses sultanats de l’Est lointain, mais importants dans leur contrôle des routes caravanières et des richesses qu’ils en tirent. »

– Une sorcière viendra au monde –

Khauran est l’une des nombreuses petites principautés qui a gagné son indépendance de Koth. Khauran, comme beaucoup d’autre de ces petits états, contrôle une partie des routes commerciales vers Koth et en tire la plus grande partie de sa richesse. Sa domination des routes empêche Koth de reprendre le royaume et de l’ajouter à nouveau à son empire, trop de grabuge dans ces terres serait mauvais pour le commerce. Toujours est-il que Khauran se méfie de l’usurpation par Koth ou Shem, car c’est un petit royaume sans beaucoup de présence militaire.

Khauran est un royaume civilisé, qui n’apprécie pas qu’il y ait de scandale au sein de ses dirigeants, ni la débauche, malgré sa religion d’état. Les Khaurani croient dans le mariage et son caractère sacré et attendent des dirigeants qu’ils se comportent de manière régale. La consommation abusive d’alcool y est également mal vue.

Vêtements khaurani

Les hommes Khaurani portent des bas et des chemises. Mise à part cela, les Khaurani s’habillent d’une manière similaire à Koth, même si des modes particulières apparaissent occasionnellement. Les barbes sont populaires à Khauran.

Les femmes portent leurs cheveux relevés, souvent enroulés autour d’un cône ou d’un autre couvre-chef pour donner une illusion de volume. Les plus riches tressent des perles et des bijoux dans leur chevelure. Des boucles d’oreilles ornées de gemmes et de perles sont courantes et les femmes laquent souvent leur cils pour les faire paraître plus longs et brillants. Elles portent souvent des colliers. Les femmes enroulent des bandeaux de soie autour de leur poitrine. Elles portent de lourdes ceintures gainées qui maintiennent leurs jupes de soie.Celles-ci sont longues et volumineuses, fendues sur les côtés pour laisser apercevoir les jambes. Leur  sandales ont les pointes recourbées et sont souvent munies de talons rehaussés.

Organisation sociale

La classe dirigeante de Khauran est constituée de valeureux guerriers Hyboriens. Les aborigènes qui composent le peuple sont beaucoup plus paisibles. Seul les Hyboriens ont la permission de porter des armes, les roturiers sont donc totalement dépendants de leur cité et de ses soldats pour leur protection.

Commerce et économie

De nombreuse routes de caravanes passent à travers Khauran. Une de ces route à le sinistre nom de Voyage du condamné. Cette route passe à travers les déserts du sud pour longer la courbure du Styx vers les Royaumes Noirs. C’est une route mortelle passant à travers plusieurs territoires hostiles. Des esclaves du Zembabwei et de Punt sont la principale marchandise échangée par cette route. Un autre route court vers Shadizar.

Même si le commerce est important, la corne d’abondance de Khauran est constituée de ses récoltes abondants de fruits et de grains. Même si Khauran n’a pas de grandes plantations comme en Zingara ou de troupeaux comme les plus puissantes nations hyboriennes, leurs petits champs et vignes produisent 3 à 4 récoltes par an. Le gros des villageois de Khauran, d’origines aborigènes variées, est fait d’agriculteurs.

La religion au Khauran

Malgré l’héritage hyborien des classes dirigeantes, la principale religion de Khauran est centrée autour de la terrifiante déesse Ishtar, la fille d’Anu, plutôt que de Mitra. Ishtar est priée en tant que reine du paradis et déesse de la sexualité, de la fertilité et de la guerre. Elle est le plus souvent représentée comme ayant des ailes et symbolisée par le lion. C’est une déesse shémite. La légende raconte qu’elle serait née adulte d’une pierre ouverte en deux par un éclair de couleur verte, sur le site où Asgalun se tient désormais.

Les autels d’Ishtar et ses temples sont exotiques, entretenus et ornés, comme dans l’Est, de décorations aux couleurs flamboyantes. Cependant, la religion vient de l’Ouest, descendant probablement des rites frénétiques priant Ashtoreth ou Derketo, qui sont restreint mais toujours assez exotiques et sensuels pour attirer des adorateurs. Même si Ishtar ne demande pas de sacrifices humains, des sacrifices d’animaux font souvent partie des rituels de fertilité. Ses temples comptent des idoles d’ivoire et il est dit qu’Ishtar habite ces sculptures. Les idoles sensuelles sont entretenues par les prêtres et prêtresses. Ils les habillent ou les peignent généralement chaque jour, suivant le ou les rituels qui doivent être effectués ou la saison.

En tant que déesse de la fertilité, les adorateurs d’Ishtar croient que les cieux fertilisent la terre à travers la pluie, la semence du dieu du ciel. Ses rites prennent la forme d’orgies langoureuses, au cours desquelles le congrès cosmique est assuré, à travers la reconstitution de l’union divine par les mortels. Une prêtresse est considérée comme étant l’incarnation d’Ishtar durant certains rituels sensuels et accorde les faveurs de la déesse à ses adorateurs pour assurer prospérité et fertilité. Des prostituées sacrées font également partie des rituels. Les prêtres d’Ishtar représentent ses fils et ses amants et aident également dans les rituels. Si une femme est soupçonnée infertile, les prêtres tentent de la mettre enceinte pour lui donner un enfant béni des dieux. Si les divers rites d’Ishtar ne sont pas effectués, les adorateurs pensent que les récoltes vont flétrir et que les hommes et les animaux perdront peu à peu leur désir de s’accoupler.

En tant que Reine du Paradis, Ishtar dirige le cosmos et les étoiles, car ces choses dirigent le comportement humain. Le zodiaque est son royaume et la divination est un aspect important de sa religion, pratiquée à la cour de Khauran. La magie, souvent sous la forme de charmes ou d’horoscope céleste est également pratiquée par les prêtres et prêtresses. La loi, dans les terres sous le regard d’Ishtar, est une forme de magie, et briser la loi est une forme de sacrilège. Ainsi, les prêtres et prêtresses d’Ishtar travaillent avec les rois et reines de Khauran, instruisant le peuple à suivre la loi comme une forme de devoir sacré.

La religion comprend une vie après la mort. L’enfer est chaud et gardé par sept portes et des légions de démons. Les damnés y sont tourmentés.

Le gouvernement de Khauran

Khauran est gouverné par la dynastie Ashkaurienne, une ligne de noblesse matriarcale. Pour le moment le pays est dirigé par la reine Taramis, qui gagne en sagesse en vieillissant. C’est une dirigeante appréciée, presque vénérée par les Khaurani. Elle est célèbre pour sa vertu, sa justice et sa sérénité. Taramis est la fille de la Reine Ialamis. La reine s’habille dans la mode conservatrice. Ainsi, seuls son visage, ses paumes et ses doigts ne sont pas couverts par le satin scintillant et le velours de ses multiples jupes et robes royales. Cette dynastie est maudite, tant par les prédictions d’une multitude de sorcières maléfiques que par la brièveté de la vie de ceux qui deviennent les époux des reines.

Spécificités géographiques de Khauran

La campagne de Khauran est variée. Elle est majoritairement faite de champs, de pâtures et de vignes. Le bétail est le principal animal d’élevage. Une rivière sépare les pâtures du désert. Dans les plaines du nord et de l’ouest, les villages parsèment le paysage. Par-delà la rivière, au sud et à l’est, Khauran est un désert sablonneux, avant d’arriver finalement au désert de Shem et des Hyrkaniens, où se trouvent les Zuagirs shémites et d’autres tribus. Khauran est une terre fertile dans son nord et son ouest et ses champs produisent au moins trois récoltes par an. Les riches terres agricoles de Khauran sont plaisantes et les gens y sont généralement heureux, susceptibles de faire signe aux caravanes qui passent près d’eux quand ils travaillent.

L’oasis d’Akrel

L’oasis d’Akrel est située dans le désert, à l’est du Khauran et à l’ouest de Turan.

La rivière Khaurani

La rivière Khaurani, qui divise la nation en deux, est une branche de ce qui deviendra la rivière Zaporoska pour les Turaniens.

Cités Khaurani majeures

Il y a bien une cité de taille importante au Khauran, elle partage le nom du royaume. En dehors de cette ville, il y a des villages, des hameaux, et des maisons et fermes individuelles. Les citadins sont d’ascendance hyborienne, alors que les villageois et les paysans ne le sont pas. Ils sont descendants de tribus de natifs qui vivaient déjà là avant que les Hyboriens n’envahissent le royaume. En plus des Khaurani hyboriens et des paysans aborigènes qui labourent la terre pour y faire pousser des céréales, des tribus nomades comme les Ekinari vivent dans le désert au sud-ouest de la rivière.

Khauran

La cité de Khauran est la seule ville de taille importante   de tout le royaume. C’est une cité aux tours étincelantes et aux palais de marbre, entourée d’un mur d’enceinte. Un magnifique temple dédié à Ishtar se situe sur la place principale, en face du palais. Les auberges et les tavernes sont bondées, prenant soin de tous les caravaniers qui passent par la ville.

Histoire khaurani

Khauran était autrefois une partie de Shem et était habité par quelques indigène aux origines incertaines. Pendant l’âge d’Acheron, alors que Koth se formait de principautés individuelles, Le royaume de Khauran émergea. Il exista pendant de nombreuses décennies avant d’être finalement absorbé par Koth. Plus tard, probablement après la chute d’Acheron, la principauté se battit pour sa liberté et finit par la regagner. Pour avoir la certitude d’une prospérité et d’une indépendance continue, l’une des premières reines khaurani s’accoupla avec un démon. Le sang démoniaque coule toujours dans les veines de la famille royale et une fois par siècle des jumelles naissent, l’une marquée d’un croissant de lune sur le buste et l’autre sans. L’enfant marquée d’un croisant est nommée Salome, en référence à la première sorcière de Khauran et est habituellement sacrifiée.  Le démon est apparemment un dieu jaloux, car ceux qui épousent la reine de Khauran ne vivent généralement pas longtemps.

Créatures du Khauran

Les chacals, les loups du désert et les vautours sont des animaux communs dans cette région. Le pays est assez stable et patrouillé, ce qui garde la plupart des plus grands et dangereux animaux éloignés.


Source : JdR Conan Return to the Road of Kings